Qui a peur du grand méchant lait ?

Connaissez-vous Taty ? (www.taty.be) Je l’ai découverte il y a deux ans en cherchant… des recettes… étonnant n’est-ce pas ? ;-) Des recettes de gaufres, crêpes et autres choses sucrées bien agréables dans la bouche mais pas dans la tirette du pantalon.. Je me rappelle avoir été frappée par le fait que ces recettes étaient en fait le brouillon de ses livres et je trouvais ça très généreux de sa part… J’ai oublié petit à petit ce site qui avait l’air si rempli mais qui ne m’intéressait que pour les recettes…

Deux ans après, j’ai redécouvert Taty par ses livres.. et plus particulièrement par le livre « Cure Anti-Fatigue » qui m’a relevé depuis juin 2006 des abîmes de fatigue morale et physique que j’éprouvais depuis tant d’années… Depuis j’ai passé beaucoup de temps sur son site et dans ses livres aussi, essayant de comprendre ce qui était arrivé à notre alimentation à tous pour que ça me mette dans des états pareils…

Son dernier livre fait le point sur les vérités et contre-vérités diffusées sur le lait… En différenciant de manière très nette ce qui concerne le vrai lait cru du lait « bidon » comme on nous le fait boire depuis l’arrivée de l’élevage ultra-intensif, l’UHTisation, de l’homogénéisation et du tétrapak industriel… Qui se souvient encore de l’odeur du lait cru et de la couche de crème qui se formait sur le dessus ??  Rien à voir avec ce liquide blanc si homogène sans goût, sans bienfaits naturels et tellement dénaturé qu’il me cause à moi en particulier tant de tort quand j’en ingurgite

laitcoverp1.jpg

Quelques extraits qui m’ont particulièrement marquée :

Homogénéisation page 25 (…) depuis une cinquantaine d’années, on homogénéise le lait afin d’éviter la remontée de la crème dans le haut de la bouteille de lait frais. L’homogénéisation consiste à turbiner le lait à grande vitesse afin que le gras soit fragmenté en gouttelettes si fines qu’elles ne puissent plus remonter à la surface. (…) Il n’est pas anodin d’observer que l’homogénéisation du lait « casse » les molécules et les réduit d’une taille de 5 microns à 1 micron. Un globule d’un micron peut franchir directement la muqueuse intestinale et ainsi passer dans le sang qui n’a pas été prévenu qu’il devrait traiter ce type d’intrus. 

Litres de lait par vache page 49 

En 1930, une vache donnait 5.4 litres de lait par jour. En 1988, elle produisait 17.55 litres par jour. (… en 2006), nous en sommes à 45 litres par jour.

 

Générations page 73 

100 000 générations ont vécu de la chasse et de la cueillette, 500 générations d’agriculture, 10 ont connu l’essor industriel, cela fait seulement 2 générations que nous expérimentons une alimentation de produits raffinés, de longue conservation, chargés de molécules de synthèse, consommés par des êtres stressés, polymédicamentés et polyvaccinés, vivant dans un environnement très pollué.

 

Alimentation bébé page 76 

Ce n’est que depuis peu que l’on commence à nourrir les nourrissons avec des solides dès l’âge de 4 mois. Il y a à peine 100 ans, l’alimentation solide commençait aux alentours de 15 à 18 mois. Bien que ces nourrissons étaient parfois victimes de conditions d’hygiène médiocres, ils ne recevaient pas aussi tôt des solides riches en additifs et amidons manipulés divers, dont un des effets secondaires est qu’ils peuvent perturber la paroi intestinale et entraîner un intolérance au lactose.

 

Allergies page 77 

La flambée des allergies ne correspond-elle pas aussi à l’incorporation massive dans les aliments de diverses substances : nombreux additifs, hormones, antibiotiques, tranquillisants, engrais, pesticides, désherbants, et à la carence vitaminique et minérale quasi généralisé de la population ?

 

Hypersensibilité et troubles nerveux page 95 

Quel lien entre les hypersensibilités alimentaires et les psys ? c’est que les hypersensibilités alimentaires ne se marquent pas seulement sur le corps (entre autres par la peau ou les selles), mais elles se traduisent aussi par des troubles nerveux, comme si elles touchaient plus particulièrement le cerveau et le système nerveux, comme si l’aliment incriminé était perçu comme un neurotoxique du cerveau au même titre que le glutamate de sodium ou l’aspartame. C’est spécifiquement le cas chez les enfants. Un thérapeute m’a fait remarquer que là ou une adulte va développer une forme de dépression pour hypersensibilité au gluten ou aux laitages, un enfant fera plutôt de l’hyperactivité.

 

 

Je vous le recommande vraiment chaudement… Vous pouvez vous le procurer ici :

Vous ne regarderez plus jamais une brique de lait comme avant..   

Pour plus de détails : http://www.taty.be/lait/pres.htm

Un article d’une autre défenderesse du lait cru : http://segolene.ampelogos.com/news/louange-du-lait-cru

Bonne lecture,

Fabienne



3 commentaires

  1. Karine 7 mars

    Très intéressant ces morceaux choisis de ce livre.
    J’ai l’impression que l’auteure dénit les intolérances au lait, en disant qu’il faut bien choisir son lait (est-ce un raccourci de ma part ?). Je suis sur le fond d’accord avec elle, mais les vraies intolérances existent aussi, ma famille en est et mes 2 loustics également.
    Je ne dirais pas que ma vie a changé depuis que je suis sans lait, mais il est vrai que de nbx petits troubles ont « étrangement » disparus…

  2. texmex 24 mars

    Je viens de recevoir le lait juste trai des vaches du paysan du village. Le lait est cru et mes filles adorent un chocolat chaud (lait froid+eau chaude+chocolat en poudre) après avoir jouées dans la neige… Et ca repart avec la neige. Quand vais je pouvoir planter mes betteraves dehors?!

  3. apouale 19 décembre

    « et du tétrapak industriel… »
    J’y travaille et pourtant ceci m’interesse…

Laisser un commentaire

ganache et chocolat |
CLiC |
Le blog d'Irenne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Petit Campagnard Café Re...
| palais des gourmandises
| patisa-café